Danse forum à Romans-sur-Isère – 28 février 2018

Cette danse forum s’inscrit dans l’atelier Mouvement Social ! que Polo et moi proposons mensuellement au sein de l’association Peaux Ethik à Romans-sur-Isère.

En janvier, Polo avait proposé seul l’atelier, sur le thème du regard. En février, c’était moi qui proposait seule l’atelier, toujours sur le thème du regard, et cette fois sous forme de danse forum.

  • Thème réflexif : le regard
  • Thème sensitif : force d’inertie

Pour le thème sensitif, nous cherchions un mot qui dise ce mouvement d’être attiré irrésistiblement vers un point ou une zone, mais avec cette notion de rebond dedans. Inertie nous évoquait l’attirance, force d’inertie nous évoquait l’attirance + le rebond…

Pendant la pause, entre l’échauffement et le forum, nous avons échangé sur notre rapport aux objets : l’encombrement, l’accumulation, la difficulté de s’en défaire, ou au contraire, la tendance à s’en débarrasser trop vite puis se retrouver démunie d’objets essentiels… En tant que tilteuse, j’ai pu voir ce thème sous-jacent réapparaitre ici et là pendant le forum.

Pour le forum, j’ai disposé des papiers et stylos sur la bordure scénique en invitant les participantes à écrire, en se souvenant éventuellement du précédent atelier sur le thème du regard, puis de lire leurs écrits ou ceux des autres lorsqu’elles le souhaitaient.

Premier temps de forum

Mes notes pendant la première danse :

- le mouvement permet de regarder l'inertie.
- le regard du danseur qui croise le mien me dérange, de quoi est fait ce dérangement ?
- un seul objet c'est déjà beaucoup.
- diriger mon attention vers les points d'inertie apaise mon regard.

Retours des danseuses après la première danse :

S : Le regard sur nous est une force, nous immobilise, nous porte, nous repousse…

A : Où est mon regard quand je danse ? J’aime cette idée que la façon de positionner les yeux influence le vécu de la danse, différents regards amenaient différents registres. Je cherchais à créer de l’inertie par l’orientation du regard, pour qu’il m’entraine, pas très vite, mais très loin.

K : Lâcher le poids de mes mains, de mes idées préconçues, de mon propre regard sur moi-même, et avoir un regard varié sur les choses.

S : Cette thématique du regard mobilise beaucoup de choses chez moi, plaisir et déplaisir. Je me demande : comment être regardée tout en restant chez soi ?

Je propose de repartir sur cette question posée par S : “Comment être regardée tout en restant chez soi ?”

Deuxième temps de forum

Mes notes pendant la deuxième danse :

- le regard fortuit vient rompre le sérieux. « envie de rire... »
- je me demande : comment regarder tout en restant chez soi ?

Retours des danseuses après la deuxième danse :

Je leur propose de partager juste une chose.

  • je partage les regards de malaise
  • le confort d’être quelque part plutôt qu’en voyage
  • regarder, c’est aussi quelque chose

Je propose de repartir en rajoutant la question « Comment regarder tout en restant chez soi ? »

Troisième temps de forum

Mes notes pendant la troisième danse :

- que veut dire « être chez soi » ?
- être chez soi dans le regard, donc, dans ce qu'on regarde.
- le plaisir de ce qui revient, regarder ce qui revient, attendre que ça revienne, force d'inertie.
- la force d'inertie du regard, physique.

Retours des danseuses après la troisième danse :

K : J’ai dansé en regardant mes pieds et mes mains, c’était drôle, enrichissant.

A : Oui, j’ai vu ça ! Regarder et donner une vie propre. Moi aussi c’est une ressource quand je danse.

S : J’avais envie d’être sur scène, mais rien envie de faire, alors la question : est-ce possible d’être là sans rien produire ?

S : Quand on accepte d’être vue, il y a quelque chose de l’ordre du don, du lâcher quelque chose, et quand on ne se laisse pas regardée, qu’est-ce qu’on ne lâche pas ?

S : C’est en regardant une scène vide que j’étais le plus chez moi !

A : Les deux questions m’ont amené à respirer par en haut, ça m’évoque la confiance, je suis dans mon état de corps ET dans une hyper-vigilance.

Fin de la danse forum, bilan.

Textes écrits pendant la danse forum :

A :

Regard public ! Je regarde le public chargée et je le traverse avec mon regard
Non ! Non, tu te casses, là.
Charge toi, charge toi et une fois que tu es bien chargée, regard public... Oui, génial !
(et nous, on voit ce que ça te fait!)

L'ivresse du mouvement,
c'est beau ça bouge, c'est beau, ça bouge,
ça bouge, c'est beau.
Ça m'a fat sourire de sentir le plaisir du mouvement.
Les corps beaux qui bougent.

Être chez moi, c'est déjà pas mal.
K :

Le regard = le jugement ?
            l’interprétation ?
            un point de vue ?

Quand je me sens observée soit je suis influencée, j'ai peur par exemple, je suis plus timide, méfiante, soit je focalise volontairement mon attention sur mes envies et extrémise mes gestes, afin d'oublier le regard du « spectateur ». J'essaie souvent d'incarner le plus fidèlement possible ce que je ressens, afin de rester centrée tout en donnant à voir le plus d'authenticité possible.

Je me demande si le regard le plus dur sur moi-même n'est pas le mien. Sous prétexte de celui des autres, est-ce que je ne rajoute pas moi-même du jugement ? Est-ce que je ne m'enferme pas souvent dans des étiquettes, attristée de ne savoir rentrer dans un des bocaux habituels ? Ou plutôt, aujourd'hui encore, est-ce que je ne chercherais pas inconsciemment la bonne étiquette qui me dira quel met, confiture, pâté ou autre tartinade je suis... afin de savoir où est ma place, dans quel pot rentrer ?

Rentrer chez soi ?

Une chose que pendant quelques mois voire année je n'ai pu faire.

« J'ai voyagé trop longtemps » comme dirait L... (...)

Comment don' qu'on débroussaille cette jungle ? On y voit rien vraiment tant que ça reste à l'état sauvage !!!

Comment regarder tout en restant chez soi ?

Ne pas s'identifier. Accueillir ce qui est... pour ce que c'est. Tel quel.

Savoir qui ont est. Se relier à ses sensations. Être présent·e / incarné·e. pas plus...pas moins.

Intensité & légèreté
Présente & abnégation
Conscience & lâcher-prise
Attention & simplicité
S (?) :

Regarder ? .. va voir pour savoir... laisse-toi regarder... se laisser regarder ?... faire ce plaisir à l'autre, c'est donner quelque chose de soi... influencer en laissant voir... emprise par le regard, il y a un danger... capter, être captée, être happée par l'autre, être gênée par sa présence. 

Défiance, propriété, force du regard qui immobilise, qui déstabilise, qui intimide, pression, besoin de s'en dégager en revenant à soi, chez soi, on est bien chez soi finalement, continuer sa route sans le regard des autres pour être soi-même...

Envie de rire, le fait d'être regardé, peut-être un plaisir ? On se regarde. Elle me regarde. C'est elle !!! Pourquoi elle me regarde ? Je m'en fiche finalement. Ce qui est important c'est l'effet que cela me fait. 

Plus de facilité, de liberté à regarder.

Apports a posteriori :

La remarque de A. à propos du lien entre la position de son regard et les registres que ça produit m’a évoqué fortement la notion de pre-expressivité, terme utilisé par Barba et Taviani en anthropologie théâtrale. Dans la pre-expressivité, l’expression émotive nait de la position du corps dans l’espace, sans intention de la produire. En faisant jouer seulement les axes, les émotions naissent d’elle-mêmes. L’expressivité quand à elle serait de se mettre dans tel ou tel état psychologique et de laisser le corps refléter cet état en se positionnant de telle ou telle façon.

Sur le site du Tilt, on peut lire sur cette question les compte-rendus de danse forum  “Le regard, novembre 2005” et La méfiance, janvier 2007”, ainsi que le texte “Écriture autour d’une danse, avril 2007”.