Corps, mouvement et genre

Nos corps ne sont pas neutres du point de vue du genre : nos morphologies, nos mouvements, notre rapport à l’environnement se construisent en lien avec lui. Cette construction genrée est à son tour en lien avec la place sociale de chacun·e et les hiérarchies afférentes.

Comment observer ces empreintes du genre sur nos corps ? Créer des déplacements dans nos imaginaires ? Transformer non pas les apparences mais les états du corps ? C’est ce que nous tentons de faire dans cet atelier.

Pour créer cet atelier, initialement nommé “Exploration en mouvement autour de l’incorporation du genre”, je me suis inspirée des écrits d’Hélène Marquié, danseuse, chorégraphe et maitresse de conférence en études de genre et arts à l’université Paris 8, notamment “Corps dansant, sexe et genre”, in Mon corps a t’il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, ouvrage sous la direction de Évelyne Peyre et Joëlle Wiels.

Je me suis rendue compte par l’expérience que mené en mixité, “le genre efface le féminisme”, comme le dit Hélène Marquié dans “Engagements chorégraphiques : danse, féminisme et politique”. Si cette exploration doit être poursuivie dans une perspective féministe, je pense qu’elle doit l’être en non-mixitéS.